Archives de Tag: The Blair Witch Project

Site Film School Rejects

 Bonjour à tous, nous vous présentons aujourd’hui l’analyse du site se nomme Film School Rejects

Alfred Hitchcock

Ce site, traitant de cinéma, a été créé en 2006 comme un blog amateur entre passionnés mais qui a rapidement pris de l’ampleur. A tel point qu’il a reçu de nombreux prix et est rentré dans les 50 Best Blogs for Filmmakers par le magasine MovieMaker et a été cité dans des journaux prestigieux tel que le New York Times, Los Angeles Times, sur CNN… C’est aujourd’hui un site de référence. Il est toujours mis à jour par l’ajout d’articles mais a aussi une autre qualité, celle de laisser une place importante à la critique et aux échanges via les commentaires ou via un forum ouvert. C’est l’une des volontés de ce site: permettre aux individus de partager leurs avis mais toujours dans l’optique d’élever la critique.

 
L’interface, composée d’une bordure rouge et de textes blancs semble vouloir être faite pour montrer le côté ludique du site qui ne se veut pas académique.
Cela donne une atmosphère agréable mais le site laisse apparaitre des publicités ce qui est gênant pour les lecteurs. On peut voir sur les côtés des annonces des actualités du site afin d’être au courant des derniers ajouts.
L’article concernant Hitchcock a été écrit par un universitaire du nom de Landon Palmer. Il est contributeur depuis 2009 et travaille sur un doctorat en Communication et de Culture à l’université d’Indiana où il centre son étude sur la musique dans les films. C’est donc un article qui peut être considéré comme étant fiable.
Il l’a rédigé en 2009 à l’occasion de la sortie d’un autre film: Paranormal Activity. En effet des critiques avaient comparé l’angoisse que l’on pouvait ressentir dans ce film à celle que l’on pouvait avoir devant le cinéma d’Hitchcock.
Palmer s’aventure donc ici à tenter d’expliquer et de dissocier ces angoisses et ce suspense qui, pour lui comme pour beaucoup de cinéphiles, ne sont pas similaires.
Il cite de nombreuses sources tout au long de l’article en rapprochant ses propos soit d’un exemple particulier dans le cinéma d’Hitchcock, soit en citant un livre (Hitchcock/Truffaut Les Entretiens) et il a aussi mis en ligne une interview qu’il se permet de citer. 
 
Dans le contenu maintenant de l’article, Landon Palmer met en évidence l’importance du « Production Code Administration » dit Code Hays. C’était la censure que le cinéma Hollywoodien s’imposait et imposait à ses cinéastes dans une vision de bienséance. Cela a duré de 1934 (l’application) à 1966. Il explique donc que la force du cinéma d’Hitchcock se trouve dans la façon que ce dernier avait de contourner ce code pour représenter des éléments malsains. Il insinue et cache les éléments, joue sur le non-dit qui est bien plus angoissant. 
Un jeu se crée selon Palmer entre le réalisateur et le spectateur dans les différentes strates de perception de l’oeuvre.

« Hitchcockian suspense can’t be defined as mere restraint of audience knowledge, but a careful, intricate management of the differentiation between what the audience knows and the characters know ».

Il donne ensuite un exemple qu’Hitchcock prend dans son interview: : si les spectateurs sont au courant de l’existence d’une bombe et pas le personnage, c’est du suspense, si aucun ne le sait, c’est de la surprise. Hitchcock joue justement sur le rapport entre les différentes couches du films: le film en temps que tel et le film qui est vu par un autre. 

En parcourant cet article nous avons aussi de nombreux parallèles avec des films comme Paranormal Activity ou The Blair Witch Project et Landon Palmer montre que ce cinéma donne des frissons en limitant les informations données. Cependant il le distingue du suspense hitchcockien qui implique le spectateur dans la compréhension et/ou la création du film. Il montre tout de même que ces nouveaux genres s’en inspirent. 

 G.V.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,