Archives de Tag: propagande

Site Jibrile

alfred-hitchcock6

Bonjour, le site que nous vous proposons aujourd’hui se nomme Jibrile.

Il agit comme une revue politique et littéraire et a été créée en 2003 en Belgique, à Liège. Il est dirigé par un philosophe et politologue, Frédéric Dufoing et par un abrégé en langues et en littératures romanes (ainsi qu’auteur et critique) Fédéric Saenen.

L’objectif principal de Jibrile est de critiquer la modernité, la logique technologiste et défendre la liberté comme “système de refus du pouvoir”. Défendre l’humanité contre l’humanisme, donc de l’humanité contre ce qui, sous prétexte de l’améliorer ou de s’approprier ses origines, la contrôle ou la détruit.

Les auteurs n’hésitent donc pas dans les articles présentés à revendiquer leurs pensées, à dénoncer et à être virulent  La présentation du site est écrite avec un certain humour noir et un cynisme corrosif pour marquer le lecteur.

La présentation de ce site est assez simple mais agréable.Les couleurs sont épurées, du blanc et du rouge ce qui offre un certain sérieux.

Nous disposons de différents liens sur le côté gauche de l’écran pour accéder aux rubriques proposées. Elles sont diversifiées allant des dossiers aux poèmes.

La page qui va nous intéresser concerne bien entendu le cinéma d’Hitchcock et se nomme “Hitchcock: Le suspense comme mithridatisation du spectateur”. Elle a été rédigé par l’un des rédacteur en chef du site: Frédéric Dufoing.

C’est une page PDF disponible en ligne.

Pour débuter l’explication de cette page, nous devons définir le mot “mithridatisation” qui, selon la page wikipédia, signifie la désensibilisation ou la résistance à un produit toxique par son assimilation en dose croissante. Ce qui correspond par exemple à une vaccination.

Ce texte va donc jouer sur l’assimilation du suspense chez le spectateur.

Frédéric Dufoing débute son article en présentant certains lieux “communs” sur le cinéma d’Hitchcock et certaines critiques qui considèrent son cinéma comme appartenant à un style mineur. Mineur car ludique et facile. Facile car appartenant à un style codifié et donc, du point de vu de certains, limité.

Dans son article, Frédéric Dufoing veut dépasser ces préjugés en montrant que le genre de suspense présenté par Hitchcock dépasse justement ces facilités pour proposer quelque chose de bien plus cérébrale.

Il veut aussi montrer qu’Hitchcock se permet, par son génie, de révéler certaines libertés à ce genre.

Et par cela, il présente l’oeuvre d’Hitchcock comme une oeuvre de “contre-propagande”.

Il définit la propagande comme étant “ l’ensemble des techniques qui permettent, d’une part, de faire croire quelque chose à quelqu’un et, d’autre part, de manière concomitante, d’écarter toute

possibilité que cette croyance soit perturbée, ébranlée, affaiblie.” La propagande fabrique, dans ce cadre là, des stéréotypes et différents schémas d’actions que le spectateur sait à force reconnaître.

Le suspense chez Hitchcock selon Dufoing serait donc “la manifestation de la logique de manipulation hitchcockienne, autrement dit la manière par laquelle la propagande montre ses mécanismes à celui-là même qui en est le dupe”

Ceci par la structuration de son oeuvre, la dissymétrie d’information, la relativisation et le retournement constant du réel ou des stéréotypes.

Il explique alors tout le jeu d’Hitchcock qui part moment, brouille les pistes avec le spectateur en insérant un élément qui va lui faire prendre sa distance par rapport au récit afin d’observer les mécanismes de narrations. Le spectateur observe la façon dont il est flouté. “Le rôle assigné au spectateur n’est pas de deviner la vérité, de résoudre l’énigme, mais de saisir pourquoi il y est arrivé, ou non.”

Le spectateur s’observe se faire happer dans la logique du film. Ceci en proposant une implication dans le film à l’aide d’indices, de signes et d’épreuves qu’il peut capter. Les hypothèses qu’il crée participe à l’élaboration du film et au jeu qu’Hitchcock a entrepris.

Cependant, comme Dufoing le précise, le réalisateur joue sur la dissymétrie des informations entre spectateurs et personnages ainsi que sur les stéréotypes. Les stéréotypes sont intégrés chez le spectateur et Hitchcock s’amuse à les détourner pour que qu’il se sente dupé.

Le spectateur élabore une trame scénaristique mais se retrouve floué et doit chercher comment. Il réfléchit alors aux mécanismes qui a permis sa duperie.

Hitchcock ment à ses spectateurs en leur faisant apercevoir des éléments qui les font interpréter ou mal interpréter ceux qui vont suivre. Tout ce joue dans la psychologie du personnage et du spectateur.

G V

alfred-hitchcock2

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , ,