Archives de Tag: Fenêtre sur Cour

Site Critikat

Le site Citikat fut créé en 2004 dans le but de défendre et de promouvoir une autre idée du cinéma. Il a pour volonté d’en explorer toutes les richesses telles que l’émergence de nouveaux réalisateurs mais aussi les plus anciens, les grands noms du cinéma qui ont su s’imposer dans le 7ème art. Critikat se situe au croisement du cinéma d’hier et d’aujourd’hui et a pour but de faire entendre une nouvelle voix dans le domaine de la critique française. Il propose ainsi des dossiers sur une multitude de films et de réalisateurs.

Tous les mercredi Critikat pose un regard inédit sur les sorties en salles de la semaine, avec la volonté de valoriser les cinéastes de tous horizons confondus, allant des petits films aux œuvres avec des budgets plus conséquents. L’ambition des rédacteurs du site est de mettre en avant les auteurs aux univers personnels et singuliers.

Critikat c’est également la possibilité de comprendre le cinéma contemporain en explorant celui du passé. De cette volonté pédagogique se dégage une ligne éditorial qui favorise les reprises, les rétrospectives, les carrières de cinéastes majeurs en proposant des critiques, des dossiers qui exposent et analysent. C’est a travers plusieurs rubriques telles que critiques, interview, analyses, festivals que le site propose aux internautes un contenu des plus ou moins riche en matière de cinéma. L’interface est simple et en parfait accord avec le sujet. Les rubriques sont exposées en tête de site dans un graphisme rappelant une pellicule. Sur le côté gauche un menu principal propose le film de la semaine, les critiques de la semaine, les films à l’affiche. L’actualité cinématographique est donc au rendez-vous.

Image

Dans le cadre de notre travail nous tenterons d’apporter un regard critique surle dossier consacré à Fenêtre sur cour réalisé par Alfred Hitchcock en 1954. Il est d’ailleurs étant donnant que l’auteur, Romain Genissel, ne mentionne pas la date de réalisation dans le dossier. On ressent clairement chez l’auteur cette volonté de dresser une analyse du film, d’en exposer les enjeux et non d’apporter un simple résumé.

Selon lui Fenêtre sur cour constitue le manifeste d’un art exploitant toutes les possibilités visuelles offertes par le médium. Le film entraîne également à la réflexion sur les rapports pervers d’un spectateur envers son objet.

Dans cette analyse l’auteur résume le film à une formule théorisé par Claude Chabrol et Eric Rohmer, jeunes cinéphiles naissants qui deviendront les grands représentants de la Nouvelle Vague cinématographique dans les années 60. Selon eux le film reposerait sur sur ce principe : « Un homme regarde et attend, pendant que nous regardons cet homme et attendons ce qu’il attend. »

Ce principe est d’autant plus vrai car le cadre du film se limite à une cour d’immeuble de Greenwich Village. Le film se déroule dans ce seul et même espace, en huit-clos. L’auteur évoque ce système d’observation sur lequel Hitchcock a entièrement construit son film. La façade du bâtiment d’en face sera vue à travers le regard du photographe mais aussi à travers les visions subjectives de caméra. Le spectateur navigue alors entre deux sphères, une public et une privée mais aussi entre deux éléments, l’objet et le sujet du regard. C’est par le montage que ces éléments vont créer une véritable relation visuelle. L’auteur évoque le célèbre Koulechov avec son fondamental système de montage. Hitchcock met donc en place un réseau visuel de regard grâce au système du montage.

L’auteur évoque également le droit de regard qui est offert au spectateur. Ce regard est alors identifié à un voyeur. C’est par ce mécanisme du voyeurisme que le spectateur est autorisé à s’immiscer dans la sphère privé. Le spectateur du film est ainsi amené à traquer le processus de Jeff qui le poussent à espionner les personnages autours de lui tels que Lisa Fremont, amante de Jeff mais aussi Stella, l’infirmière. L’auteur utilise le terme de gymnastique de voyeurisme qui caractérise parfaitement le système visuel du film. Lors de ses promenades oculaires le personnage principal, Jeff se focalise plus en détail sur le couple Thorwald dont une dispute a mystérieusement conduit la femme à disparaître et le mari à adopter un comportement des plus suspects. C’est à ce moment que Jeff va se transformer en enquêteur et imaginer un scénario des plus redoutable.

Selon l’auteur, c’est à travers cette enquête que Hitchcock va façonner tout le dispositif et la forme de son fameux suspense. La tension dramatique du film intervient lorsque Jeff saisie sont appareil photographique de manière pulsionnelle. C’est par le montage alterné que Hitchcock parvient à installer ce climat de suspense dans Fenêtre sur cour. Ce découpage à l’image annonce le procédé en split-screen que démocratisera Brian De Palma, sous forme d’hommage évident à Hitchcock dans tous ses autres films à l’esthétique manipulatrice. Le spectateur est ainsi victime d’une peur suspendue par le montage. Ce moment d’insécurité, l’auteur le qualifie de « suspense ». C’est en dirigeant le spectateur que Hitchcock manipule son public. C’est quand la dépense émotionnelle, autrement dit la terreur, parvient à son maximum qu’on atteint le sommet extatique du film.

C’est à travers ce dossier sur Fenêtre sur cour proposé par le site Critikat que Romain Genissel parvient à nous poser les enjeux principaux du film en apportant une analyse sur tout le système visuel du film mais aussi sur ce fameux suspense qu’instaure Hitchcock et la façon dont il dirige le spectateur par l’émotion qu’il suscite chez lui. 

M.L

Tagué , , , , , , , , ,

Site ARTEFAKE

Alfred Hitchcock

Le site que nous vous proposons aujourd’hui se nomme Artefake:

Il s’agit du site internet d’une association du même nom  qui a été créée en 2004 à Dijon. Leur but est de promouvoir l’art magique. C’est à dire de faire valoir l’illusion et la magie comme une discipline artistique à part entière.

L’apparence du site est quelque peu déroutante. La banderole qui affiche le titre d’Artefake montre aussi un logo de grenouille qui peut faire douter de la crédibilité des articles proposés. Nous pouvons aussi être dérangé par  l’apparition de quelques publicités.

En parcourant seulement la page d’accueil, nous pouvons constater que le site est souvent mis à jour.

Les articles publiés sont classés en thématiques sur le côté droit. En allant sur la page de l’équipe, nous pouvons voir que les informations personnelles qu’ils transmettent sont minimes. Ils nous donnent l’adresse de l’association et la fonction des principaux fondateurs et présidents. Les liens sur les participants ne sont ensuite que des adresses e-mails pour pouvoir communiquer avec eux.

L’article qui va nous intéresser se trouve bien évidemment dans la thématique « Cinema » et, si nous n’avons pas la date de publication, nous pouvons voir qu’il a été mis à jour le 1er mars 2013 (lors de la rédaction de ce post sur notre blog).

L’auteur est Sébastien Bazou qui est aussi le Président du Bureau et le Directeur de la publication du site Artefake.com.

Sébastien Bazou présente cet article comme une longue dissertation (ou un dossier) visant à montrer l’utilisation de la grammaire de l’illusion par Hitchcock dans ses films, dans son utilisation pour l’angoisse et la terreur chez le spectateur.

Il organise sa rédaction en s’intéressant dans un premier temps à tout l’aspect visuel de l’illusion, dans un deuxième temps au rapport avec le spectateur, puis à la construction de la narration, aux outils pour la mise en œuvre et enfin à l’émotion que cela suscite chez le spectateur.

Cet article est protégé par la loi L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle qui empêche la reproduction même partiel des éléments. Notre analyse du contenu ne fera donc que survoler ce document que nous vous invitons à lire.

Il entend dans l’aspect visuel la clarté dans le cinéma hitchcockien, c’est à dire la simplicité et la pureté avec laquelle les éléments sont montrés visuellement.  Il montre ensuite l’organisation des éléments visuels et le rapport que l’on peut avoir à la forme.

Ensuite, nous avons une autre sous partie sur Saul Bass, le graphiste qui a réalisé les génériques des films, montrant comment il arrive à synthétiser et à montrer en quelques instants la complexité du film.

Dans son approche du rapport avec le public, Sébastien Bazou parle de l’implication du spectateur. Hitchcock cherche à faire participer son public au film et de concentrer son attention. Ceci peut aussi se faire par le sentiment d’identification qu’il créé avec ses héros en écrivant des histoires qui peuvent arriver à des gens ordinaires. La participation se fait aussi car le spectateur à souvent un temps d’avance sur les protagonistes du film et donc est en capacité de savoir avant lui ce qui va éventuellement arriver. Sébastien Bazou explique ensuite tout l’art de la manipulation d’Hitchcock  sur le spectateur, des façons dont il le trompe. Hitchcock joue sur l’égarement du spectateur ou détourne son attention pour le surprendre.

Pour la construction narrative, il parle de la façon dont Hitchcock raconte son histoire. Il utilise de nombreuses fois la suggestion, c’est à dire faire penser à quelque chose plutôt que le montrer. Il montre ensuite par l’image l’amoncellement des éléments qui va en crescendo.

Lorsque Sébastien Bazou parle des outils, il traite brièvement de la technique et du placement de la caméra avant de s’intéresser au suspense. C’est à dire au travail sur l’imagination du spectateur qui va spéculer sur la suite des événements. On lui montre quelque chose à voir qui va le perturber et Hitchcock préfère cela à la surprise qui est trop simpliste à son gout. Il parle de cinéma interactif car le spectateur se sens jouer un rôle dans le film. Il y a ensuite tout un résonnement sur le cliché, c’est à dire sur la situation banale ou commune qui est tellement épris de véracité qu’elle en devient plausible. Bazou nous parle ensuite du MacGuffin. Il s’agit du prétexte pour l’histoire ou bien souvent chez Hitchcock pour un meurtre. Il montre que ce prétexte ne doit pas être si impressionnant et qu’il veut mieux le révéler au 2/3 du film pour éviter une longue et pénible explication finale.

Le dernier rapport à l’outil est sur le faux. Hitchcock joue sur le trompe l’œil et sur la relation entre ce que croit le spectateur et ce qui est. Rien n’est vraiment dans le cinéma hitchcockien ce qu’il semble être.

Enfin Sébastien Bazou parle de la création de l’émotion par des thématiques qui touchent tout le monde comme le rapport au sexe, à l’amour et la mort ainsi qu’à la peur.

Grâce à l’identification, les spectateurs vivent ces émotions et Hitchcock va encore plus loin en ne montrant souvent dans ses films, lors des dialogues, que le visage de celui qui reçoit la réponse, il filme donc la réception de l’information et les émotions que cela produit chez son personnage.

Nous pouvons regretter l’utilisation de termes familiers dans cet article qui dérange la prise au sérieux des éléments narrés. L’utilisation par exemple du diminutif « Hitch » qui semble désapproprié lorsque l’on parle d’un personnage comme celui là.

Nous sommes néanmoins rassurés sur les éléments que l’on nous explique grâce à la présence d’une large bibliographie à la fin du texte.

Le dernier élément que l’on peut apprécier est la présence de nombreux exemples illustrés par des photographies et commenté qui permettent une plus grande compréhension des propos et une mise en relation directe avec le travail plastique des films.

G.V.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Site JSTOR

Interrogé par ses étudiants sur les conditions de réussite d’une thèse, un professeur universitaire les invite à se tourner vers la conception cinématographique d’Hitchock pour découvrir la marche à suivre. Proposition intéressante mais surprenante, cet article de Jonathan Kirshner, disponible sur JSTOR (via Domino pour les étudiants de Paris 1), élabore ainsi un parallèle entre les qualités du cinéaste et celles d’un bon chercheur.

La bibliothèque numérique JSTOR a été créée en 1995 pour permettre la libération d’espace et la réduction du coût de fonctionnement des bibliothèques universitaires. Elle fait partie de l’association à but non lucratif ITHAKA qui agit pour les nouvelles technologies au sein de l’enseignement supérieur. JSTOR a préparé depuis ses débuts la numérisation d’un grand nombre de documents et ainsi la conservation à long terme d’un savoir universitaire ; il se propose donc comme un lieu de transition avant la généralisation du phénomène. Aujourd’hui, le site met à disposition plus de 1 700 journaux académiques, mais aussi des ouvrages et autres matériaux pédagogiques. Ayant déjà numérisé plus de 50 millions de pages, il continue au rythme annuel de 3 millions. Site destiné aux universitaires et financé par les universités, l’ensemble du contenu est accessible à plus de 8000 institutions à l’échelle mondiale.

Si le site est entièrement en anglais, son moteur de recherche (simple et avancée) permet une navigation intuitive. Il dispose également d’une organisation en discipline (art, histoire, droit etc…) afin de permettre une exploration plus libre du contenu, en cas par exemple d’absence d’objet de recherche spécifique. L’interface est ainsi claire, intuitive, et l’absence de publicité la rend d’autant plus plaisante. Une fois la recherche lancée, le site vous propose un certain nombre de contenus numérisés, dont l’objet, la nature, l’auteur et la date de publication sont immédiatement spécifiés. Ces informations permettent à l’internaute une rapide compréhension des documents, et donc une première sélection du contenu proposé. Le document sélectionné, le site vous renvoie au texte numérisé (disponible également en version pdf) au sein duquel les termes de votre recherche sont surlignés, les mettent ainsi en valeur. Le site met à disposition également une adresse URL simplifiée de la page et les informations nécessaires à la bibliographie d’un travail universitaire. En somme, le site JSTOR rend accessible un grand nombre de documents dont tant le contenu que l’interface certifient du caractère scientifique de cette bibliothèque numérique.

Le site propose notamment une numérisation du journal PS : Political Science and Politics qui a publié, dans son édition de septembre 1996, un article de Jonathan Kirshner intitulé  « Alfred Hitchcock and the Art of Research ». Au travers d’une analogie entre le chercheur et le cinéaste, l’auteur et professeur universitaire met en jeu les quatre qualités requises pour obtenir un bon film selon Hitchcock. Tout d’abord, un film (comme la thèse donc) doit se limiter à un sujet précis afin de pouvoir le développer correctement : la perception pour Fenêtre sur cour, l’obsession pour Sueurs Froides, le dualisme pour Psychose… Dans un second temps, il est nécessaire de rendre lisible cet argument central du film et donc de pouvoir l’expliquer. La troisième qualité est celle de l’attention portée à chaque plan du film (comme à chaque phrase d’une thèse) car ils doivent affirmer, seul, leur légitimité, et ensemble, la cohérence du film. Enfin, et c’est ce qui va nous intéresser particulièrement, le réalisateur dévoile qu’un bon film n’est pas nécessairement surprenant, mais contient en lui ce suspense tant recherché. Il en développe ensuite les conditions. Selon lui, la confusion du spectateur n’est pas l’essence même du suspense (‘I do not believe that puzzling the audience is the essence of the suspense »). C’est parce qu’il dispose d’informations sur la situation que le spectateur est à même de percevoir la tension en cause dans une scène. C’est en sa position de spectateur conscient et informé qu’il peut comprendre les rapports qu’entretiennent les personnages (et parfois mieux qu’eux) et ainsi anticiper le danger de telle action. La connaissance, la conscience amènent ainsi à une certaine anticipation, clé semble-t-il, du suspense hitchcockien. L’auteur termine ainsi son analogie : tout comme Hitchcock, il est souhaitable d’éviter le gouffre de l’écrit mystérieux et préférer la clarté afin de rendre compte, au mieux, de la thèse développée.

R. V.

Tagué , , , , , , , , , , , ,