Le suspense chez Alfred Hitchcock

Notre blog a pour sujet d’étude le cinéaste Alfred Hitchcock et son cinéma. Nous nous intéresserons ainsi à cette grande figure cinématographique qu’est Hitchcock, et tenterons de développer un regard analytique sur ses « grands classiques ». Nous parcourrons sa cinématographie par le prisme du suspense, notion que l’on verra tant intuitive que mécanique. En effet, il nous a semblé que le suspense serait une notion assez précise, et fondatrice pour l’oeuvre hitchcockienne, pour légitimer un travail universitaire.

Alfred Hitchcock est né le 13 août 1899  au Royaume-Uni et décède le 29 avril 1980 aux Etats-Unis. Il débute sa carrière britannique dès les années 20 avec un cinéma muet. Dans cette première période, qui voit le passage du muet au parlant, il développe une oeuvre tournée vers le film noir, policier et d’espionnage. En 1940, il décide de partir travailler aux Etats-Unis et, s’il exploite toujours les mêmes genres, les moyens financiers des studios américains lui permettent de bénéficier de nouvelles ressources cinématographiques. Il développe alors des récits souvent ambigus dans lesquels personnages et mise en scène fonctionnement tant ensemble qu’en confrontation. Il dévoile alors sa fine compréhension du langage cinématographique, avec lequel il se permet de jouer.

Lorsque l’on observe la définition que wikipedia donne du suspense, elle semble bien différente de celle théorisée par Hithcock. Si l’encyclopédie libre parle « d’une émotion qui se caractérise par une incertitude liée au développement anticipé d’un évènement inachevé », le cinéaste affirme que c’est en connaissance de cause que naît le suspense. Nous tenterons ainsi de mettre en jeu cette tension entre conscience et incertitude, inhérente au suspense hitchcockien et à l’ensemble de son oeuvre. Pour cela nous traiterons des mécaniques mises en place dans quatre de ses films : Fenêtre sur cour (1954), Sueurs Froides (1958), Psychose (1960) et enfin Les oiseaux (1963). Ce quatuor filmique nous permettra de mettre en relief un certain nombre de différences et parallèles qui, selon nous, seront à même de rendre compte de l’essence et des structures du suspense chez Hitchcock, mais également des effets produits sur le spectateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :