Site Critikat

Le site Citikat fut créé en 2004 dans le but de défendre et de promouvoir une autre idée du cinéma. Il a pour volonté d’en explorer toutes les richesses telles que l’émergence de nouveaux réalisateurs mais aussi les plus anciens, les grands noms du cinéma qui ont su s’imposer dans le 7ème art. Critikat se situe au croisement du cinéma d’hier et d’aujourd’hui et a pour but de faire entendre une nouvelle voix dans le domaine de la critique française. Il propose ainsi des dossiers sur une multitude de films et de réalisateurs.

Tous les mercredi Critikat pose un regard inédit sur les sorties en salles de la semaine, avec la volonté de valoriser les cinéastes de tous horizons confondus, allant des petits films aux œuvres avec des budgets plus conséquents. L’ambition des rédacteurs du site est de mettre en avant les auteurs aux univers personnels et singuliers.

Critikat c’est également la possibilité de comprendre le cinéma contemporain en explorant celui du passé. De cette volonté pédagogique se dégage une ligne éditorial qui favorise les reprises, les rétrospectives, les carrières de cinéastes majeurs en proposant des critiques, des dossiers qui exposent et analysent. C’est a travers plusieurs rubriques telles que critiques, interview, analyses, festivals que le site propose aux internautes un contenu des plus ou moins riche en matière de cinéma. L’interface est simple et en parfait accord avec le sujet. Les rubriques sont exposées en tête de site dans un graphisme rappelant une pellicule. Sur le côté gauche un menu principal propose le film de la semaine, les critiques de la semaine, les films à l’affiche. L’actualité cinématographique est donc au rendez-vous.

Image

Dans le cadre de notre travail nous tenterons d’apporter un regard critique surle dossier consacré à Fenêtre sur cour réalisé par Alfred Hitchcock en 1954. Il est d’ailleurs étant donnant que l’auteur, Romain Genissel, ne mentionne pas la date de réalisation dans le dossier. On ressent clairement chez l’auteur cette volonté de dresser une analyse du film, d’en exposer les enjeux et non d’apporter un simple résumé.

Selon lui Fenêtre sur cour constitue le manifeste d’un art exploitant toutes les possibilités visuelles offertes par le médium. Le film entraîne également à la réflexion sur les rapports pervers d’un spectateur envers son objet.

Dans cette analyse l’auteur résume le film à une formule théorisé par Claude Chabrol et Eric Rohmer, jeunes cinéphiles naissants qui deviendront les grands représentants de la Nouvelle Vague cinématographique dans les années 60. Selon eux le film reposerait sur sur ce principe : « Un homme regarde et attend, pendant que nous regardons cet homme et attendons ce qu’il attend. »

Ce principe est d’autant plus vrai car le cadre du film se limite à une cour d’immeuble de Greenwich Village. Le film se déroule dans ce seul et même espace, en huit-clos. L’auteur évoque ce système d’observation sur lequel Hitchcock a entièrement construit son film. La façade du bâtiment d’en face sera vue à travers le regard du photographe mais aussi à travers les visions subjectives de caméra. Le spectateur navigue alors entre deux sphères, une public et une privée mais aussi entre deux éléments, l’objet et le sujet du regard. C’est par le montage que ces éléments vont créer une véritable relation visuelle. L’auteur évoque le célèbre Koulechov avec son fondamental système de montage. Hitchcock met donc en place un réseau visuel de regard grâce au système du montage.

L’auteur évoque également le droit de regard qui est offert au spectateur. Ce regard est alors identifié à un voyeur. C’est par ce mécanisme du voyeurisme que le spectateur est autorisé à s’immiscer dans la sphère privé. Le spectateur du film est ainsi amené à traquer le processus de Jeff qui le poussent à espionner les personnages autours de lui tels que Lisa Fremont, amante de Jeff mais aussi Stella, l’infirmière. L’auteur utilise le terme de gymnastique de voyeurisme qui caractérise parfaitement le système visuel du film. Lors de ses promenades oculaires le personnage principal, Jeff se focalise plus en détail sur le couple Thorwald dont une dispute a mystérieusement conduit la femme à disparaître et le mari à adopter un comportement des plus suspects. C’est à ce moment que Jeff va se transformer en enquêteur et imaginer un scénario des plus redoutable.

Selon l’auteur, c’est à travers cette enquête que Hitchcock va façonner tout le dispositif et la forme de son fameux suspense. La tension dramatique du film intervient lorsque Jeff saisie sont appareil photographique de manière pulsionnelle. C’est par le montage alterné que Hitchcock parvient à installer ce climat de suspense dans Fenêtre sur cour. Ce découpage à l’image annonce le procédé en split-screen que démocratisera Brian De Palma, sous forme d’hommage évident à Hitchcock dans tous ses autres films à l’esthétique manipulatrice. Le spectateur est ainsi victime d’une peur suspendue par le montage. Ce moment d’insécurité, l’auteur le qualifie de « suspense ». C’est en dirigeant le spectateur que Hitchcock manipule son public. C’est quand la dépense émotionnelle, autrement dit la terreur, parvient à son maximum qu’on atteint le sommet extatique du film.

C’est à travers ce dossier sur Fenêtre sur cour proposé par le site Critikat que Romain Genissel parvient à nous poser les enjeux principaux du film en apportant une analyse sur tout le système visuel du film mais aussi sur ce fameux suspense qu’instaure Hitchcock et la façon dont il dirige le spectateur par l’émotion qu’il suscite chez lui. 

M.L

Advertisements
Tagué , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :